CAE

Sortir de l’ubérisation par la coopération (1), mais pas n’importe comment...

Les livreurs à vélo et chauffeurs de VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur) sont le symbole de l’auto-entrepreneur qui n’a rien d’autonome tant il est à la merci des plate-formes numériques, soit Deliveroo, Uber Eats ou encore Frichti (start-up parisienne de livraison de repas) pour les premiers, Uber pour les seconds.

Pôle Emploi met fin à la Nouvelle Aventure

La Nouvelle Aventure est une coopérative de production de spectacle vivant sous statut Scic, intégrée à l’ensemble coopératif fran- co-belge Smart. Fondé en Belgique en 1998, Smart réunit plus de 100 000 membres répartis dans neuf pays européens. Depuis 2012, les membres de la Nouvelle Aventure sont des artistes et techniciens intermittents du spectacle qui, au travers de la coopérative, disposent d’un outil de production en commun de leurs créations.

Les CAE se fédèrent

Un quart de siècle après l’émergence du modèle de la coopérative d’activités et d’emplois (CAE), les quelque 150 CAE existantes se rassemblent au sein d’une fédération fondée le 1 er décembre 2020 au sein du mouvement Scop. Rappelons qu’une CAE peut être constituée sous forme de Scop (société coopérative et participative) ou de Scic (société coopérative d’intérêt collectif). Cette structure fédérale devrait constituer un levier essentiel pour le développement et l’activité des CAE, qui hébergent plus de 12 000 entrepreneurs.

Des coopératives de travail du XIX e siècle aux CAE et aux Scic : les coopératives comme espace méso critique

Les coopératives, par leur modèle et leur fonctionnement, assurent une fonction critique à l’égard des dynamiques économiques dominantes, fonction qui les  constitue en espace méso, c’est-à-dire différencié du régime capitaliste au sein duquel elles sont pourtant insérées. Pour analyser les canaux par lesquels s’effectue  cette différenciation, les auteurs s’appuient sur la théorie ainsi que sur l’étude des coopératives de travail au XIX e siècle, puis celle des Scic et des CAE pour la période  contemporaine. Après avoir rappelé les dynamiques à l’œuvre entre l’espace méso coopératif et le régime capitaliste, ils montrent comment la fonction critique des coopératives peut constituer un espace méso critique de sortie de crise aujourd’hui.

 

Numéro de revue: 
358
Année de publication: 
2020
Auteur(s): 
Catherine Bodet, Thomas Lamarche

Université coopérative et portative de Broons : « Le statut coopératif est-il toujours adapté pour coopérer ? »

Renouant avec la dimension émancipatrice de la coopération, et incarnant son projet d’éducation populaire, l’Université coopérative portative, sous les auspices lointains d’Henri Desroche, a tenu sa cinquième édition le 9 septembre à Broons, dans les Côtes-d’Armor, autour du thème de l’adaptation du statut coopératif aux projets coopératifs innovants. Yves Cariou, de la coopérative d’activités et d’emploi (CAE) Oxymore, était l’initiateur et le maître d’œuvre de ce projet avec la Fédération nationale des Coopératives d’utilisation de matériel agricole (Cuma).

Nouveau plaidoyer pour un statut coopérateur des chauffeurs de taxi

Une tribune parue dans Les Échos du 27 mai dernier, signée par un collectif de personnalités issues de l’Université et de l’ESS, appelle à lutter contre l’ubérisation de la profession des chauffeurs de taxi en promouvant le statut d’entrepreneur salarié-associé (ESA) de la coopérative d’activités et d’emploi (CAE) créé par la loi de 2014 relative à l’ESS. En n’étant plus soumis à la dictature des plateformes numériques de réservation, les chauffeurs gagneraient une
rémunération décente et une protection sociale.

Un tournant décisif

Les praticiens, chercheurs, militants et partenaires de l’économie sociale et solidaire vivent une période privilégiée. Rarement l’ESS, en effet, aura connu une telle effervescence. Elle vit un tournant de son histoire d’une importance telle qu’il n’en a existé que trois dans son histoire bicentenaire.

Penser la gouvernance et ses nouveaux outils

Gouvernance et ESS. En rapprochant ces deux termes lors de son 28 e colloque, qui s’est tenu le 9 octobre 2018, l’Addes (Association pour le développement des données sur l’économie sociale) s’est intéressée à l’une des spécificités des entreprises de l’ESS mise en exergue dans l’article 1 de la loi sur l’ESS de juillet 2014 : la gouvernance démocratique. À l’instar de ses colloques précédents,  celui-ci a témoigné de l’état des réflexions critiques du moment sur l’économie sociale. Au moins trois thématiques s’en sont dégagées.