En attendant le plan de relance spécifique ESS de septembre...

Lorsque les premières mesures de soutien aux entreprises ont été annoncées (chômage partiel, report des cotisations sociales, prêt garanti par l’état [PGE],  etc.), certaines spécificités des entreprises de l’économie sociale et solidaire n’avaient pas été prises en compte autrement que par quelques approches sectorielles (par exemple, un volet « tourisme social » dans les mesures pour le tourisme).

En attendant un plan de relance spécifique en septembre, des mesures supplémentaires ont été annoncées avant l’été, provenant du gouvernement ou de la finance solidaire :

  • • Le seuil de 50 % de perte des revenus commerciaux dans un chiffre d’affaires pour solliciter un PGE a été annulé, ce qui permet d’ouvrir ce dispositif aux  associations, nombreuses dans l’ESS.
  • • Un prêt « Relève solidaire » à taux gratuit jusqu’à 100 000 euros est désormais proposé par France Active. Le dispositif est doté de 30 millions d’euros et  distribué par les associations régionales du réseau.
  • • Les plus petites structures, employant une à trois personnes, peuvent, elles, se tourner vers le fonds d’urgence de 8 millions d’euros du Haut-Commissariat  à l’ESS. La moitié de cette somme est distribuée sous la forme d’aides forfaitaires de 5 000 euros en moyenne.

Reste à voir quelles synergies seront établies entre relance de l’ESS et relance de l’économie dans son ensemble, sur la base du modèle porté par le secteur...